Tout est magique dans les  fleurs d’Hortensias, elles sont d’une richesse incroyable !

Elles possèdent une diversité de formes inépuisable : arrondies, plates, en bonnets de dentelles, en bonnets de grand-mère, en panicules, en cônes… Et une quantité de nuances infinie, les couleurs ne  finissent jamais d’évoluer de l’été jusqu’aux premières gelées. Vous les quittez du regard quelque temps et leur tonalité n’est plus la même.

Un magicien, un peintre, la terre, le ciel, mystère !

Téléchargez gratuitement le catalogue et découvrez notre collection d’Hortensias et leurs caractéristiques.

Le sommaire

L’Hortensia, son histoire, ses origines

Le saviez-vous ?

L’Hortensia est le mot français donné à l’Hydrangea nommé ainsi pour la première fois en 1739 dans la « Flora Virginica » par un botaniste néerlandais, Fred Grovonius à partir des collections étudiées en Virginie par John Clayton botaniste britannique.

Carl Von Linné, en 1753, confirme cette appellation dans son ouvrage « Species Plantarum », véritable point de départ de la nomenclature botanique toujours en vigueur aujourd’hui. Il parle en effet de l’Hydrangea arborescens, Hydrangea signifiant le genre et arborescens l’espèce. Hydrangea venant du grec : HYDRO « eau » et angos « vase, coupe » en  relation avec son fruit, une capsule  en forme de coupe.

Le nom « Hortensia » vient de Phillibert Commerson, mais pourquoi ce nom ? Aujourd’hui, il reste encore rempli de mystère quant à son inspiration ou plutôt son inspiratrice ! Tout d’abord il nomme cette plante, découverte sur l’Isle de France (Ile Maurice aujourd’hui), « Peautia Coelestina ». Puis peu de temps après, elle devient « Hortensia coerulea » en hommage à une Hortense mais nous ne savons pas vraiment laquelle puisqu’il n’a jamais écrit le nom de sa muse. Phillibert Commerson meurt en 1773 à l’âge de 46 ans. Il est le premier botaniste français à introduire cette plante en France sous forme d’échantillon séché, dans son herbier conservé aujourd’hui au Museum National d’Histoire Naturelle.

Jeanne Barret, écrit Michèle Khan, est la première femme au monde à faire le tour complet du globe terrestre . Elle est aussi et surtout la première femme à rapporter de l’Ile Maurice en France, après la mort de Phillibert Commerson, trente quatre caisses scellées. Sur les 5000 espèces répertoriées, 3000 sont nouvelles. Avec l’aide de Mr Jossigny (le dessinateur de Commerson), elle établit la liste des herbiers et ensemble ils font parvenir ce trésor au Jardin du Roi, où Jussieu autre Botaniste est chargé de les mettre en ordre. Dans une de ces caisses se trouve l’Hortensia coerulea, qui plus tard sera nommé macrophylla, mais c’est une autre histoire.

Il est juste et important de faire partager la découverte de cet arbuste incomparable entre Phillibert Commerson et Jeanne Barret. Ils méritent tous les deux d’être au « firmament des botanistes ». Tant pour leur travail considérable comme pour toutes les plantes que nous leur devons aujourd’hui dans nos jardins. Jeanne est restée discrète et fidèle jusqu’à son dernier souffle. Des scientifiques américains ont voulu lui rendre hommage et justice en lui dédiant le Solanum ‘Baretiae’, une plante grimpante découverte en 2012 en Amérique du sud. Qu’il est bon de savoir qu’enfin, justice et reconnaissance lui sont rendues à travers une plante qui porte son nom.

L’histoire de ce médecin naturaliste bourguignon est assez extraordinaire. Dans son livre « La clandestine du voyage de Bougainville » Michèle Kahn nous raconte comment Phillibert Commerson, chargé d’une mission scientifique autour du monde par le roi Louis XV, prend le risque insensé ou plutôt, la grande liberté, de se faire accompagner par Jeanne Barret qu’il présente comme Jean Barret (ou Bonnefoy) son assistant. Il faut savoir qu’en 1766, les femmes sont interdites à bord des navires, elle est donc la première femme à faire le tour du monde sur un bateau et ce, déguisée en homme. Cette Jeanne est une fille de la terre, une guérisseuse qui connaît très bien les plantes et leurs bienfaits. Phillibert admet que c’est un « assistant » exceptionnel et que personne ne peut le seconder aussi bien dans son travail scientifique. De plus, elle a le don étonnant de le rendre heureux. Ils franchissent les interdits et tous les deux embarquent avec Mr De Bougainville pour une expédition de 3 ans sur « La Boudeuse » et sur « l’Etoile », les deux bateaux affrétés pour cette aventure. De cette circumnavigation, ils vont rapporter une soixantaine de genres et plusieurs milliers d’espèces. Ils ramènent, entre autre, ce fameux Hortensia qui nous intéresse aujourd’hui, et aussi cette liane flamboyante que Commerson va dédier à Bougainville sous le nom de Bougainvillea. Lucile Allorge dans son livre « La fabuleuse odyssée des plantes » nous apprend que : « Commerson, par ce trait de génie, avait lié dans un même destin, le marin des Lumières et la plus lumineuse des plantes ornementales, la bougainvillea spectabilis. Bougainville ne s’y trompa pas et quand de retour en France, on lui demanda quelle trace il voulait laisser dans l’histoire, il répondit joyeusement : « Eh bien ! Je mets l’espoir de ma renommée dans une fleur ». Grand bien cette fleur lui a rendu ! Impossible d’oublier son aventure…

Aussi, nous devons également les premières descriptions d’Hortensias à deux médecins naturalistes qui, pour leur part, les ont découverts au Japon. Il s’agit de Carl Peter Thumberg, (1743-1828) élève de Linné et Philippe Franz Von Siebold (1796-1866) botaniste allemand. Tous les deux, par ruse et par échange de leur savoir en médecine occidentale, vont pouvoir pénétrer quelque peu au Japon. Il faut savoir qu’à l’époque le pays était complètement fermé au monde. C’est grâce à la compagnie néerlandaise des Indes orientales, les deux médecins ont pu rapporter de nouvelles espèces dont l’Hydrangea macrophylla classé d’abord dans les Viburnum macrophylla.

Je termine l’histoire de l’Hortensia par cette citation de Corrine Mallet dans son précieux livre « Hortensias et autres hydrangea » :

« Qu’un hommage soit rendu aux médecins, naturalistes, botanistes
qui sont morts au champ des fleurs »

Qui sommes-nous ?

Une équipe de pépiniéristes passionnés et experts en provenance directe de Bretagne.

Que produisons-nous ?

Des plantes d’extérieur, cultivées dans le respect de l’environnement et avec beaucoup d’amour. Toutes nos plantes sont produites dans les pépinière Roué près de Morlaix (29).

Comment ça se passe ?

– choisissez vos plantes sur notre site de vente en ligne,
– nous les sélectionnons dans notre pépinière,
– nous les emballons avec soin,
– vous les recevez directement chez vous (ou en point relais) en moins de 24 heures.

Venez découvrir notre gamme de plantes riche de plus de 1800 variétés

l’Hydrangea : qui est-il ?

Les fleurs d’Hydrangea ne portent pas des fleurs uniques mais des bouquets appelés inflorescences qui se distinguent en deux catégories :

  • Les fleurs stériles de 4 à 5 pétales de 1 à 3 cm sur un seul rang.
    Certaines variétés comportent plusieurs rangs de pétales… Émouvant !
  • Les fleurs fertiles, minuscules de quelques millimètres de haut avec des sépales colorés que l’on appelle « sépales pétaloïdes ».

De la famille des Hydrangéacées, les Hydrangea sont riches d’une cinquantaine d’espèces qui se déclinent en milliers de variétés.

La palette de couleurs des Hortensias est somptueuse avec une déclinaison de nuances infinies qui ravissent notre regard de la fin du mois de juin jusqu’aux premières gelées. Leurs fleurs ont emprunté toutes les couleurs du ciel, de l’aube au coucher du soleil. C’est à dire, toute la gamme des bleus aux violets en passant par du jaune pâle en tout début de floraison. On retrouve également des roses pâles aux rouges les plus sombres, des blancs purs qui évoluent vers les tons pastel du vert tendre au rose le plus subtil.

Toute la gamme des rouges ou rose velours qui vont terminer en prenant toutes les couleurs des différentes terres, de Sienne, d’ocre, d’ombre naturelle et surtout de ces fameuses terres vertes indéfinissables. Toutes ces couleurs qui sont tellement utilisées dans les peintures des fresques du temps de l’empire romain au Moyen-Âge. Cette couleur « terre verte » définit à la perfection les tons que peuvent prendre les fleurs d’Hortensia. Ils passent en douceur des bleus aux verts sans que l’on puisse affirmer s’ils sont, ou verts, ou bleus.

Mystère de la nature qui n’arrête jamais de nous surprendre…

Les Hortensias sont riches en surprises colorées tout au long de leur floraison. De plus, le sol dans lequel ils sont plantés s’en mêle ô combien !
En effet, un Hortensia rouge dans un sol acide va devenir complètement bleu.

C’est ainsi ! Une loi de la nature qui tient forcément de la chimie mais peut être aussi de l’alchimie.

L’Hydrangea : d’où vient-il ?

Les Hydrangéas poussent naturellement en Amérique du Nord et en Asie. Au Japon et en Chine, ils sont endémiques et cultivés depuis des temps immémoriaux. Encore aujourd’hui de nouvelles espèces sont découvertes, c’est un véritable vivier à ciel ouvert.

L’espèce Hydrangea macrophylla est présente dans les jardins des zones tempérées à travers le monde entier.

L’Hortensia est devenu le symbole de la Bretagne après l’ajonc et la Bruyère. Il est partout : adossé aux vielles pierres, aux murs blancs, au devant des chapelles, dans les jardins de bord de mer, en pleine campagne, sur les îles, au soleil, à l’ombre, aux quatre points cardinaux, il est omniprésent, il fait partie intégrante du paysage breton.

Aux Açores, il s’est tellement bien acclimaté qu’on le croit indigène et sur l’île depuis toujours.

Les plus grands obtenteurs d’Hydrangea en France sont les pépiniéristes Lemoine et fils à Nancy dans les années 1895, à Vendôme, Emile puis Louis Mouillère et au Havre Henri et Louis Cayeux. Nous devons l’Hortensia ‘Merveille sanguine’ d’un rouge sombre extraordinaire à Henri Cayeux en 1936.

Les nouveautés 2020 : les nouveautés et meilleures variétés de notre pépinière

A découvrir en vidéo :

– les nouveautés de cette année 2020 : Pastelgreen (avec ses cônes de fleurs multicolores), Daredevil (et ses grosses fleurs plates rose foncé) et enfin Pinkerbell (et ses grandes inflorescneces qui évoluent du jaune vert au rose clair),

– les meilleures variétés de l’année, les coups de coeur de notre équipe,

– les Hortensias paniculés actuellement en fleurs dans notre pépinière (septembre 2020)

Les nouveautés de 2019 : La collection d’Hortensia Rembrandt®

A découvrir en vidéo, une toute nouvelle collection d’Hortensias nommée Rembrandt® en hommage au peintre. Composée de 4 variétés qui ont pour particularité, outre leurs grosses fleurs en forme de boule, d’avoir des couleurs de fleurs qui évoluent semaine après semaine, de juin à novembre. Atout supplémentaire, elles sont de toute beauté en vase !

 La GardenLetter

Nos meilleurs conseils

tous les 15 jours, dans votre boîte mail,

garanti sans pub !

Abonnez-vous, c’est gratuit !

L’Hortensias : quels sont les différentes variétés ?

La forme des inflorescences est spectaculaire suivant les espèces.

Hydrangea macrophylla

Macrophylla vient du grec, MAKROS (long, grand) et PHULLON (feuille).

Le nom Hortensia qualifie surtout cette espèce et évoque des arbustes au feuillage caduc de forme arrondie avec des grosses fleurs globuleuses. Ses feuilles sont opposées et ses tiges très rapprochées ne disparaissent pas l’hiver. Ce sont les plus répandus dans le monde, ils sont très décoratifs, séducteurs et très faciles à cultiver. C’est celui que l’on appelle l’Hortensia du jardin de nos grands mères. Peut être parce que les grands mères prennent le temps de soulever les pétales pour y découvrir d’autres nuances encore plus subtiles et délicates.

Leurs inflorescences sont différentes suivant les variétés. Elles peuvent être en grosses boules comme l’Hortensia blanc ‘Sœur Thérèse’, l‘Hortensia ouge sang ‘Merveille Sanguine’….

Ou encore à fleurs plates, ils se font alors appeler « Hydrangea à bonnets de dentelles ou « Hydrangea à bonnets de grands mères ». Quelle poésie !

L’Hortensia à fleur plate bleue ‘Blaueling’, ou blanche avec l’Hortensia à fleurs plates blanches ‘Lanarth White’…. Les feuilles des Hydrangeas macrophylla sont grandes (12 à 15 cm), opposées, ovales et dentelées d’un vert franc lumineux qui s’empourpre à l’automne. Quelques variétés se font remarquer avec leur feuillage pourpre comme l’Hortensia macrophylla ‘Salsa’.

Hydrangea serrata,
originaire des montagnes japonaises

Ce sont des hybrides de l’Hortensia macrophylla. Ils sont très proches et également très faciles à cultiver. Originaires des montagnes, ils sont moins fragiles aux gelées du printemps.

Leurs feuilles opposées et ovales comme celles des macrophylla sont plus petites ainsi que leurs fleurs. Les Hydrangea serrata sont aussi moins denses et leur végétation plus naine.

On retrouve l’Hydrangea serrata en grosses boules comme l’Hortensia serrata ‘Preziosa’ ou à fleurs plates comme l’Hortensia serrata ‘Blueberry Cheesecake’.

Hydrangea paniculata

Les Hydrangea paniculata sont également originaires des montagnes d’Asie où ils poussent à flanc de coteau, en plein soleil. Ils ont des inflorescences en grandes panicules, somptueuses en forme de cônes. Tout est majestueux chez eux : leur grande taille (les vieux sujets peuvent atteindre 3 à 5 m), leurs grandes inflorescences paniculées, leur grande générosité et leur floraison qui s’étale de juillet jusqu’aux premières gelées.

Les fleurs spectaculaires commencent à fleurir en blanc crème mêlé de vert tendre pour évoluer, suivant les variétés, en rose pâle, ou très soutenu suivant. Tout l’été, elles font le spectacle et changent de tons. En automne, elles s’habillent en vieux rose et sont toujours aussi belles.

Hydrangea
‘Little Lime’

Hydrangea
‘Diamant Rouge’

Hydrangea
‘Diamant Rouge’

Hydrangea
‘Vanille Fraise’

Hydrangea arborescens

Les Hortensias arborescens sont originaires d’Amérique du Nord (comme par exemple la variété ‘Annabelle’). Ils sont faciles à vivre et fleurissent sur les rameaux de l’année qui sont des tiges graciles.

Leurs inflorescences sont globuleuses, grandes, toutes rondes, blanc crème mêlé de vert tendre. Ce sont de vrais bouquets de lumière dans le jardin.

Hydrangea quercifolia

Quercifolia vient du latin QUERCUS chêne, FOLIA feuille, à feuille de chêne

La particularité de l’Hydrangea quercifolia est dans ses feuilles lobées magnifiques qui ressemblent à celles des chênes d’Amérique. Elles prennent des couleurs superbes à l’automne. De plus, elles servent d’écrin aux grandes inflorescences coniques blanc crème, vert tendre, plus ou moins rosé qui se détachent en beauté sur le vert sombre pourpré

Hydrangea petiolaris

Cet Hortensia, originaire de l’île Yakushima, est un Hortensia grimpant capable de s’accrocher seul à un mur ou un autre support. Son autre avantage : il fait partie des rares plantes grimpantes qui ont besoin d’ombre et est donc une solution idéale pour couvrir un mur disgracieux exposé au Nord.

L’Hortensia : où ? Quand ? Comment le planter ?

Où planter des Hortensias ?

Les Hortensias demandent une exposition lumineuse sans excès. En Bretagne et en Normandie, au Sud de la Loire, ils vont préférer l’ombre.

Les Hortensias macrophylla, serrata,  quercifolia, vont aimer les situations ombragées et fraîches. Ils se plairont à merveille à l’ombre d’un mur ou d’un sous bois léger.

Les Hortensias paniculata et arborescens quant à eux aiment le soleil et sont résistants à la sécheresse. Ils n’ont pas besoin d’un sol acide, un sol neutre leur convient très bien.

Quand planter les Hortensias ?

Les Hortensias (Hydrangea en latin) se plantent de préférence à l’automne car ils ont besoin de beaucoup d’eau la première année de plantation. L’hiver va leur permettre de bien s’installer. Si vous plantez au printemps, il est indispensable de beaucoup arroser pour éviter le dessèchement de la plante.

Si votre sol est calcaire ajoutez de la terre de bruyère et aussi du compost, les Hortensias adorent les terres riches, fraîches et humifères.

Si votre sol est calcaire ajoutez de la terre de bruyère et aussi du compost, les Hortensias adorent les terres riches, fraîches et humifères.

En pot

Pour commencer, il faut vérifier le pot est suffisamment percé dans le fond pour assurer l’évacuation de l’eau.

  • Prévoir 5 cm de billes d’argile à placer impérativement au fond du pot pour assurer un bon drainage,
  • couvrir les billes d’argile avec du géotextile pour éviter que le terreau se mêle aux billes,
  • préparez un mélange composé de : 50 % de terreau plantation et 50 % de terre de bruyère,
  • placer la motte dans le pot, le collet (base du tronc) ne doit pas être recouvert de terreau, puis répartir le mélange de terreaux,
  • arroser copieusement et fréquemment et apporter de l’engrais régulièrement,
  • enfin, pour conserver la fraîcheur au pied, ajouter un paillage d’écorces très fines.

Comment planter un Hortensia ?

Dans le jardin

Tout d’abord, il faut creuser un trou (3 fois la taille de votre motte), puis :

  • bien travailler la terre sur une profondeur égale à deux fois la motte, apporter du compost et de la terre de bruyère si nécessaire,
  • laisser bien tremper la motte avant de la présenter dans le trou,
  • placer la motte à la bonne hauteur, le collet (base du tronc) légèrement au-dessus du sol,
  • Répartir le mélange de terreau en tassant délicatement et arroser copieusement.

Important : veiller à arroser régulièrement la première année de plantation jusqu’à l’automne. Ne pas hésiter à pailler pour que le sol reste frais.

L’Hortensia : avec quelles plantes l’associer ?

Vous voulez ensoleiller votre jardin ? Eh bien plantez des Hydrangea arborescens et paniculata : leurs couleurs sont tellement lumineuses. Les Hydrangea paniculata se plaisent en fond de massif, au devant des Hostas, des vivaces comme les Échinacées, les Achillées. Vous pouvez également les associer avec des Graminées qui vont leur donner du mouvement et de la légèreté.

Les Hydrangeas macrophylla et serrata trouveront leur place contre un mur qu’ils vont sublimer avec leurs tons éblouissants… Sous l’ombre légère d’Érables japonais.

Les Hortensias peuvent également se positionner au devant de Rhododendrons à grande végétation ou de Camélias qu’ils vont succéder en floraison.

Pour ce qui est des Hydrangeas arborescens, avec leur allure un peu dégingandée, ils seront du plus bel effet dans un massif. Accompagnez-les de plantes bien structurées, taillées en boules comme les Pittosporum par exemple, ils vont se mettre en valeur mutuellement. De plus, ils  apporteront une belle lumière.

Les Hydrangea quercifolia (à feuilles de chênes) quant à eux vont se plaire dans un sous bois léger, ils vont s’étaler à leur aise, les Fougères à leur pied seront les bienvenues.

L’Hortensia : comment l’entretenir ?

Tout au long de leur floraison, faites vous plaisir, cueillez de grands bouquets pour illuminer votre maison,  vos tables de réception.

Une petite astuce : à la fin de septembre, début octobre, si vous voulez conserver des fleurs d’Hortensias tout l’hiver, ôtez les feuilles, mettez les en vase avec un peu d’eau au fond et oubliez-les. Vous verrez, l’eau va s’évaporer et au toucher vous allez constater que vos hortensias sont secs et que leurs belles couleurs sont toujours là, moins vives, plus couleurs pastel mais le charme opérera toujours.

Quand tailler mon Hortensia ?

Les Hydrangea se taillent en fin d’hiver vers la fin mars. À ce moment-là, coupez les ombelles habillées de dentelles,  juste au dessus des bourgeons terminaux déjà bien formés. Puis supprimez toutes les branches mortes et éclaircissez en éliminant encore quelques branches au cœur de l’arbuste. N’oubliez pas sur les macrophylla et les serrata les promesses de fleurs sont déjà présentes.

Les Hydrangea arborescens quant à eux, se taillent en gardant bien la structure de la plante pour que ses rameaux puissent porter les inflorescences de l’année qui se forment sur les nouvelles pousses.

Enfin, les Hydrangea paniculata, tout comme les Hydrangea quercifolia ont simplement besoin d’une taille de structure, en veillant bien à éliminer les branches mortes ou abîmées pour aérer la plante.

L’Hortensia : quels sont ses ennemis ?

Les Hydrangea sont des plantes très faciles à cultiver, plantés dans de bonnes conditions avec un sol frais et riche, ils n’ont pas d’ennemis.

Si le sol est trop calcaire l’Hortensia risque de souffrir d’une chlorose, c’est à dire d’un jaunissement des feuilles. Le calcaire bloque l’absorption du fer. C’est pour cette raison que dans un tel sol, il faut ajouter de la terre de bruyère et du compost. En hiver, vous pouvez égalment ajouter du terreau de feuilles décomposées.

Un arrosage régulier et important la première année de plantation est nécessaire pour que la plante s’installe et trouve tous les éléments indispensables à son bon développement.

La collection d’Hortensias In My French Garden

Hortensia rembrandt®
‘Rosso Glory’

À partir de 25€ le pot de 5L

Hortensia
‘Zorro’, bois noir

À partir de 19,95€ le pot de 3L

Hortensia
‘Merveille Sanguine

À partir de 19,95€ le pot de 3L

Hortensia
‘Ayesha’

À partir de 19,95€ le pot de 3L

Hortensia
‘Rosita’

À partir de 9,95€ le pot de 2L

Hortensia
‘Salsa’

À partir de 19,95€ le pot de 3L

Hortensia
‘Leuchtfeuer’

À partir de 9,95€ le pot de 2L

Hortensia
‘Little Lime’

À partir de 19,95€ le pot de 3L

Bibliographie

Lucille Allorge avec Olivier Ikor : « La fabuleuse odyssée des plantes » aux éditions JC Lattès

Michèle Kahn : « La clandestine du voyage de Bougainville » grands romans Points

Corinne Mallet : « Hortensias et autres hydrangea » aux éditions Robert Mallet et « Hortensias – Hydrangeas » aux éditions Ulmer

Patrick De Sèze : « Hortensias – Hydrangeas » aux éditions Larousse