Tout sur les Azalées japonaises

Origines, différents types, où les planter ? Quand ? Comment ?

Quel entretien ? Quels ennemis ?

Quelles sont leurs origines, leurs particularités ?

Originaires du Japon et de Corée, elles appartiennent aujourd’hui au genre ‘Rhododendron’ mais nous continuons de les appeler Azalea. Elles ont été introduites en Europe par des botanistes anglais vers la fin 18ème, début 19ème siècle.

« Michel Damblant dans son livre « Le tour du monde dans son jardin » nous dit que les Azalées sont plus que des cousines des Rhododendrons, elles sont leurs petites sœurs. » En effet, Rhododendrons et Azalées sont du même genre et de la même famille, celle des « Éricacées », pourtant, tout est contraste chez ces deux arbustes.

Tout est grand chez le Rhododendron, sa grande taille, ses grandes feuilles, ses grandes fleurs. Chez l’Azalée du Japon, tout est petit, son port, ses feuilles ainsi que ses fleurs sont plutôt petites, mais son charme et sa séduction sont tout aussi grands. Au printemps, les Azalées japonaises ne sont que « fleurs », les feuilles disparaissent sous leur générosité et leur lumière incroyable.

Le saviez-vous ? Les Azalées japonaises ont cette particularité de pousser lentement, et au fil du temps, elles se transforment en dômes arrondis, trapus et étalés. Leurs couleurs vont saisir toute la gamme du rose le plus pâle au rouge le plus éclatant en faisant des écarts dans les oranges, les mauves, les violets… En vidéo, une Azalée ‘Blaauw’s Pink’ et une Azalée japonaise blanche en jardin.

L’Azalée japonaise porte le blanc pur avec beaucoup d’élégance. Ce dernier lui donne un éclat particulier parce que révélé encore plus par le vert sombre de ses feuilles qui osent pointer à travers l’amoncellement des pétales blancs. Ses fleurs en trompettes plus ou moins grandes entourent des étamines, véritables aérodromes pour les abeilles. Les fleurs se collent les unes aux autres pour recouvrir complètement la plante lors de la floraison.

Au Japon, ces Azalées se retrouvent, dans les parcs et jardins, au bord des routes et trottoirs, souvent taillées en rond comme les buis ou formées en haies. C’est de toute beauté !  Elles se découvrent aussi dans les jardins zen, auxquels elles donnent très vite un aspect sculptural d’une grande pureté et d’une grande élégance.

Dans un arrondissement de Tokyo se niche un vieux sanctuaire schintoïste datant des années 1700, le Nezu-Jinja, véritable havre de paix durant toute l’année, sauf au mois d’avril, date à laquelle les japonais accourent en foule pour découvrir et admirer les Azalées en fleurs. Ce festival s’appelle « Tsutsuji Matsuri », c’est une ode à la beauté des Azalées dans ce jardin à flanc de colline.

Tout comme, pour les couleurs somptueuses des Érables à l’automne ou des cerisiers en fleurs au printemps, les japonais ont une sensibilité, une ferveur devant la profusion des couleurs des Azalées. Véritable apothéose, symbole de l’éphémère et du temps qui passe mais qui à la fois, sublime l’instant en un moment d’éternité.

Quels sont les différents types d’Azalées ?

Nommées habituellement Azalées persistantes, elles sont pour certaines semi-persistantes, cela signifie que certaines variétés d’Azalées par temps plus froids vont perdre une partie de leur feuillage. Certaines vont avoir des grandes feuilles, d’autres des plus petites, certaines un port plus érigé, d’autres un port bien compact. Toutes ces différences s’expliquent par leurs origines.

Les Azalées Kurume

Cette ville de Kurume au Japon est un centre majeur de la culture de l’Azalée. L’espèce Kurume, a la particularité de porter des petites feuilles et des petites fleurs, il a donné naissance à plusieurs dizaines de variétés, comme ‘Amoena’, ‘Blaauw’s Pink’, ‘Hino Crimson’… Les plantes sont compactes, elles se prêtent très bien à la taille.

Les Azalées Kaempferi et Vuykiana

Ce sont les plus résistantes au froid. Elles nous viennent pour la plupart des Pays Bas ou des Etats-Unis au cours du  20ème siècle. Les fleurs sont plus grandes que celles des Azalées Kurume.

Rhododendron nakaharai,

Cette espèce originaire de Corée est une espèce qui a donné plusieurs variétés dont la particularité est d’être un excellent arbuste couvre sol de par sa forme très prostrée comme l’Azalée ‘Pink Cascade’, par exemple. Très rustique et compacte, elle s’installe très bien dans le minéral.

Les Azalées Satsuki

Elles sont vénérées au Japon depuis des siècles pour leur grandes fleurs, très riches en couleurs. Elles sont très bien à cultiver en pots, elles résistent très bien au gel. Elles sont plus tardives en floraison.

Où, quand et comment planter les Azalées japonaises ?

La situation idéale pour les Azalées japonaises est un sous-bois bien éclairé, mais beaucoup tolèrent le plein soleil dans les régions au climat tempéré, telles que la Bretagne et la Normandie. Dans le sud offrez leur une ombre légère. Son système racinaire très fin descend peu en profondeur environ 40 à 50 cm, donc la plante a besoin de fraîcheur pour ne pas se dessécher.

Les Azalées aiment les terres au PH acide, ce sont des plantes dites de terre de bruyère, elles aiment les sols frais et riches, bien drainants. La période raisonnable de plantation est l’automne et de février à mai. Surtout ne pas oublier d’arroser la première année de plantation, très important de garder le sol bien frais pour préserver les racines du dessèchement.

A savoir : Évitez les sols lourds et compacts, sans doute imperméables. Si vous devez planter dans un sol comportant ces caractéristiques, ouvrez un trou égal à 3 fois la largeur de la motte et la même chose en profondeur, mélangez 60 % de terre de bruyère et un amendement à base de matière organique à votre terre de jardin pour terminer en surélévation de 10 cm par rapport au niveau du sol.

En vidéo, Thomas vous parle d’une variété en particulier, l’Azalée ‘Amoena’. Il s’agit d’une variété d’Azalées japonaises à la floraison violette. Plantées il y a maintenant 5 ans sous un Cerisier, ces Azalées apportent une belle lumière en avril / mai.

 La GardenLetter

Nos meilleurs conseils

tous les 15 jours, dans votre boîte mail,

garanti sans pub !

Abonnez-vous, c’est gratuit !

Comment planter ou rempoter son Azalée japonaise ?

En jardin

Commencez par creuser un trou d’environ 3 fois la motte de votre plante puis :

  1. Préparez un mélange de 1/3 de terre de jardin, 1/3 de terre de bruyère et 1/3 de feuilles en décomposition ou du compost de votre jardin.
  2. Laisser bien tremper la motte avant de la présenter dans le trou.
  3. Placez la motte à la bonne hauteur, le collet (base du tronc) doit être légèrement au-dessus du sol.
  4. Répartissez votre mélange de terreau en tassant délicatement et arrosez copieusement.
  5. Pour protéger les racines du froid, paillez avec des écorces de pin fines (5 cm d’épaisseur). Il est conseillé de répéter cette opération chaque automne.
En pot

C’est une excellente plante pour les pots ou les bacs, elle permet d’apporter de belles couleurs printanières sur les balcons ombragés. Pour obtenir l’effet escompté, choisissez un pot d’environ 4 fois la motte, en harmonie avec le port de votre Azalée.

Voici les étapes à suivre :

  1. Avant toute chose, vérifiez que votre pot est suffisamment percé dans le fond pour assurer l’évacuation de l’eau.
  2. Prévoyez 5 cm de billes d’argile à placer impérativement au fond du pot pour assurer un bon drainage.
  3. Couvrez les billes d’argile avec du géotextile pour éviter que le terreau se mêle aux billes.
  4. Préparez un mélange composé de, 1/3 de terreau plantation, 1/3 de terre de bruyère et 1/3 de pouzzolane pour obtenir un mélange aéré.
  5. Placez votre motte dans le pot, le collet ne doit pas être recouvert de terreau, et répartissez votre mélange de terreau.
  6. Arrosez copieusement.
  7. Pour conserver la fraîcheur au pied, ajoutez un paillage d’écorces très fines.

Avec quelles plantes associer les Azalées japonaises ?

Si votre jardin est grand, plantez en groupe et taillez-les en boule, elles vont enchanter votre regard, tout au long de l’année, autant par leurs courbes harmonieuses qui s’entremêlent en douceur, qu’au printemps avec leur tapis de fleurs qui joue malicieusement avec l’ombre et la lumière.

Les Rhododendrons à grand développement, comme les Rhododendrons nains à petite végétation ou encore les Rhododendrons yakushimanum sont des compagnons idéaux pour les Azalées japonaises. Leurs couleurs de floraisons sont issues de la même palette, tout comme les Bruyères naines ou arbustives.

Les Érables du Japon ainsi que les bambous, avec la tendresse de leurs feuilles au printemps vont donner encore plus d’éclat aux Azalées en fleurs. Ils vont aussi leur donner de la légèreté et de la hauteur.

Les Euphorbes, les Fougères, les Hostas, les bulbes de printemps, les Hellébores en hiver vont également leur tenir compagnie avec beaucoup de charme et surtout les mettre en valeur.

Les Azalées japonaises sont naturellement belles en toute saison. Ce sont des arbustes bien structurés, faciles à vivre, avec une floraison tellement généreuse qu’il est impossible de s’en passer.

Quel entretien pour les Azalées japonaises ?

 

Les Azalées japonaises ne nécessitent guère d’entretien, de plus elles ont ce grand avantage de recouvrir complètement le sol où elles sont plantées, donc rien ne pousse sous leur ramure aucune mauvaise herbe ne s’y risque.

Les fleurs fanées tombent et sont masquées tout de suite par la pousse des jeunes feuilles. Pour leur donner une belle forme arrondie, vous pouvez tailler après la floraison mais ce n’est pas indispensable.

En automne, vous pouvez faire un apport de feuilles mortes en décomposition au pied de votre Azalée. Cet apport à 3 avantages : Il libère des nutriments tout au long de l’hiver par la décomposition lente, protège les racines du froid et conserve une humidité au niveau du sol.

Quels sont les ennemis des Azalées japonaises ?

La cloque

Spécifiques aux Azalées semi-persistantes (japonaises), la cloque est un champignon qui apparaît au printemps sous la forme d’une grande déformation de la feuille, celle-ci se couvrira d’un dépôt blanchâtre.

Le traitement sera un fongicide avec des applications répétées à 5 jours d’intervalle au moins trois fois, puis à une fertilisation adaptée. Cette cloque est présente sur certaines variétés et par printemps froids et humides. Vous pouvez aussi tout simplement enlever les feuilles malades à la main pour éviter de traiter.

Les pucerons

De couleur vert ou noir, cet insecte piqueur et suceur de sève s’installe en colonie sur les pousses du printemps. Il gêne le développement, peut déformer les tiges et provoquer l’enroulement des feuilles. Le puceron est aussi vecteur de fumagine (dépôt noir sur les feuilles).

Comment lutter ? Avec des coccinelles que l’ont peut acheter en jardinerie, une décoction de purin d’orties, une décoction de purin de fougères ou de la pyréthrine.

Les otiorrhynques (coléoptère aux ailes soudées)

C’est un insecte nocturne, l’adulte apparaît début mai, il fait des morsures à l’emporte pièces sur le pourtour des feuilles, il pond en été et pour se développer, la larve mange l’écorce de la plante au niveau du collet et ce jusqu’à la faire mourir. Ce phénomène est un problème important en pot, mais très rarement préoccupant dans un jardin où (normalement) de nombreux oiseaux et prédateurs régulent les populations d’otiorrhynques.

Si votre Azalée présente des feuilles très abîmées sur le pourtour, le conseil est d’arroser copieusement en automne la base de la plante avec un insecticide de contact. Les adultes peuvent s’attraper la nuit à la pile.

Le phytophtora cinamonii

C’est un champignon qui se développe à la chaleur, au-delà de 18°c, la plante va faner subitement c’est donc quelque chose qui se constatera en été. Le traitement se fait à l’aide d’un fongicide.

Le phénomène de faiblesse de la plante

Le feuillage brunit, les feuilles tombent, le terrain est sans doute imperméable. Veuillez à déplacer la plante et à la replanter en butte, en ouvrant un trou assez large (80cm de diamètre et 50cm de profondeur). Placez au fond du trou, sur 5cm des billes de pouzzolane, et un substrat terre de bruyère très aéré.

Tout sur les Azalées de Chine

Azalées à feuillage caduc aussi nommées Azalées mollis

L’Azalée de Chine est appelée communément Azalée mollis ou encore Azalée à feuillage caduc.

Au printemps les jeunes feuilles, tendres à souhait, commencent leur vie en vert bronze pour très vite passer au vert pomme très tendre, à l’automne elles prennent des couleurs rouges fauves avant de disparaître complètement.  C’est un arbuste caduc qui pousse lentement. Au fil des années, il s’élance en hauteur un peu plus qu’il ne s’étale en largeur tout en s’aérant naturellement de la base, ce qui lui donne une grande légèreté et une grande élégance. Rien à voir avec le port compact et arrondi des Azalées japonaises.

La grande originalité de certaines variétés d’Azalée mollis est de fleurir au printemps sur des branches nues, dépourvues de feuilles. Les fleurs précèdent les feuilles, ce qui donne un charme fou à cet arbuste d’autant plus que certaines fleurs dégagent un parfum lourd, très envoûtant et surtout très particulier. Deux raisons intéressantes d’offrir des Azalée de Chine à votre jardin.

Une troisième raison, pour choisir l’Azalée de Chine, c’est sa gamme de couleurs très originale. A partir du blanc un peu ivoire, elle décline sa palette dans tous les jaunes possibles, du jaune de Naples au jaune d’or pour évoluer vers les oranges du plus tendre au plus vif en se mélangeant au passage à des roses indiens très doux.

Ses grandes fleurs en trompettes ou en entonnoirs sont magnifiques, spectaculaires. Certaines, suivant les variétés, prennent des tons pastels d’une douceur infinie et d’autres éclatent de lumière avec des jaunes et des oranges à couper le souffle.

Elles ont été introduites en Europe aux environ de 1820. Ces belles immigrées de Chine sont devenues indigènes dans notre pays à notre grand bonheur. Elles sont magiques par leur parfum envoûtant.

Quels sont les différents types d’Azalées de Chine ?

Ce genre est composé de 5 espèces qui sont toutes caduques. Ces 5 espèces sont :

Azalée de Gand, ces anciens hybrides portent des petites fleurs simples ou doubles, très parfumées, à l’automne le feuillage prend des teintes somptueuses.

Knaphill exbury, aux fleurs moins parfumées que les Azalées de Gand mais leurs couleurs sont flamboyantes

Mollis X sinensis (espèce qui a donné le plus de variétés).

Occidentalis et viscosum qui donnent des variétés très parfumées.

Luteum, c’est l’Azalée pontique du Caucase, ses fleurs jaunes en trompette sont parfumées et ses couleurs d’automne de toute beauté

Où, quand et comment planter les Azalées de Chine ?

 

L’Azalée de Chine, ou l’Azalée mollis, préfère l’ombre légère mais tolère aussi les situations ensoleillées. Elle aime particulièrement les sols riches, frais et drainants au PH plutôt acide.

C’est aussi une plante dite de terre de bruyère, ce qui veut dire que dans son milieu naturel, elle va pousser spontanément sous le couvert de forêts dont le sol est acide et riche en humus.

Le moment idéal pour la plantation des Azalées de Chine est l’automne ou de février à mai en veillant bien à l’arrosage tout l’été de la plantation.

Comment planter les Azalées de Chine ?

En jardin, commencez par creuser un trou d’environ 3 fois la motte de votre plant puis :

  1. Préparez un mélange de 1/3 de terre de jardin, 1/3 de terre de bruyère et 1/3 de feuilles en décomposition ou du compost de votre jardin.
  2. Laisser bien tremper la motte avant de la présenter dans le trou.
  3. Placez la motte à la bonne hauteur, le collet (base du tronc) doit être légèrement au-dessus du sol.
  4. Répartissez votre mélange de terreau en tassant délicatement et arrosez copieusement.
  5. Pour protéger les racines du froid, paillez avec des écorces de pin fines (5 cm d’épaisseur). Il est conseillé de répéter cette opération chaque automne.

Le saviez-vous : Les Azalées mollis ne se prêtent pas à la culture en pot.

Avec quelles plantes associer les Azalées de Chine ?

L’Azalée de Chine est utilisée de préférence à l’arrière d’un massif, de par sa dimension à l’âge adulte. Cet arbuste peut atteindre de 1,20 m à 3 m suivant les variétés.

Sa floraison spectaculaire aux couleurs flamboyantes est du plus bel effet avec les jeunes pousses des Pieris (andromèdes du Japon) couleur feu également.

Les Rhododendrons hybrides blanc, jaune, pêche où rose pâle, ainsi que les Rhododendrons yakushimanum, les Azalées japonaises blanches accompagnent divinement bien les Azalées caduques au printemps pour peu qu’ils fleurissent en même temps.

Les Rhododendrons nains bleu, couleur complémentaire par excellence de l’orange, apportent un plus aux Azalées de Chine, tout comme les tapis de jacinthes sauvages toutes bleues font merveille à leurs pieds.

Les Fougères et les Euphorbes adoptent bien leur compagnie ainsi que les Hostas.

Notre collection d’Azalées mollis et d’Azalées japonaises

Azalée japonaise ‘Gorbella’

à partir de 29€ le pot de 5 litres

Azalée mollis ‘Daviesii’

à partir de 25€ le pot de 4 litres

Azalée japonaise ‘Arabesk’

à partir de 16,95€ le pot de 3 litres

Azalée japonaise ‘Johanna’

à partir de 16,95€ le pot de 3 litres

Azalée japonaise ‘Mme Van Hecke’

A partir de 16,95€ le pot de 3 litres

Azalée mollis ‘Hotspur Red’

à partir de 25€ le pot de 4 litres