Comment trouver les mots justes pour parler de ces petits arbres ou arbustes d’exception. Élégants, lumineux, d’un graphisme incroyable ils sont, ou plutôt deviennent avec les années comme des sculptures dans les jardins. Durant toute l’année ils provoquent, l’émotion, le charme, l’admiration. Au printemps, la naissance des feuilles est d’une douceur renversante, l’été, l’ombre de leur feuillage est inégalable, l’automne, leurs couleurs changeantes sont une véritable explosion de feu et l’hiver, leurs troncs et branchages ressemblent à des sculptures « vivantes » surtout les Érables au port prostré.

Les Érables du japon sont des arbres et arbustes à feuillage caduc. De la famille des sapindacées, ils regroupent principalement les Acer japonicum et les Acer palmatum et bien sûr, toutes les variétés issues de ces deux espèces.

Les Érables ont une structure plutôt arrondie mais toujours très graphique grâce à ses branches très denses, souples et très fines qui s’entrelacent à souhait. Ses feuilles palmées, d’une finesse et d’un découpage très élaboré au gré des variétés, font penser à de la dentelle, elles se posent délicatement sur le branchage et donnent cette impression de dôme.

Ce qui rend les Érables japonais aussi exceptionnels, c’est la diversité de leur feuillage suivant les variétés et surtout leur capacité à changer de couleur. De la tendresse des verts jaunes, rose orange, jaune d’or très doux du printemps, ils passent à la flamboyance de l’automne en déclinant leur palette dans tous les tons de jaune orange, avant de passer à la gamme infinie des rouges aux fauves. Tombées au sol, elles forment un tapis tellement riche en couleurs chaudes que tous les tisserands du monde peuvent s’en inspirer…

Les Érables du Japon sont de pures merveilles dont on ne se lasse jamais !!

Au Japon, en automne, contempler le changement de couleurs des Érables, comme une contemplation du temps qui passe, est aussi important que de se recueillir devant les cerisiers en fleurs au printemps. Les japonais se pressent pour admirer la lumière particulière qui se dégage de cet embrasement des Érables. Ce phénomène s’appelle « Momijigari ».

Un peu d’histoire sur l’Érable du Japon…

L’histoire des Érables japonais en Europe commence par Carl Peter Thunberg. A l’origine d’une plante venue d’ailleurs se cache toujours un naturaliste. C’est ce très curieux médecin et botaniste suédois qui, le premier va parler des Acer japonicum et palmatum qu’il découvre dans les forêts montagneuses du Japon. Il fut l’élève de Carl Von Linné à qui l’on doit la classification des plantes en vigueur aujourd’hui et reconnue comme la meilleure par Louis XIV.

En 1771, durant un voyage aux Pays Bas, Carl Peter Thunberg étudie les jardins botaniques et se propose comme chasseur de plantes à la compagnie néerlandaise des Indes qui va lui permettre de partir au Japon. Sa bonne maîtrise du néerlandais, et surtout sa formation de médecin, vont lui permettre de négocier ses connaissances en médecine occidentale contre de nouveaux spécimens végétaux.

Il faut savoir qu’à cette époque, le Japon très secret est fermé au monde, seule la compagnie néerlandaise des Indes a un droit d’entrée. En 1776, il quitte le Japon avec une quantité considérable de plantes. Le résultat de ses recherches paraît sous le titre de « Flora japonica ». Il donne à de nombreuses espèces le nom de « japonica » d’où nos beaux Érables du Japon.

Où planter son Érable du Japon ? Exposition, sol, lieu…

Quelle exposition pour l’Érable du Japon ?

Pour les Érables du Japon l’exposition idéale est une ombre légère et lumineuse mais traversée largement par les rayons solaires surtout pour les Acer japonicum. Par contre, certaines variétés comme l’Érable du Japon doré ‘Aureum’ a besoin d’une ombre plus soutenue pour protéger ses feuilles très tendres des brûlures du soleil direct.

Les Érables détestent les courants d’air venant du Nord ou de l’Est.

Dans les régions au climat tempéré, telles que la Bretagne, la Normandie, beaucoup d’Érables se plaisent au soleil. Pour les régions plus chaudes à l’ambiance plus sèche, une ombre légère sera la bienvenue.

Gardez en tête que pour obtenir de belles couleurs de feuillages du printemps à l’automne, l’arbuste aura besoin de beaucoup de luminosité et de clarté.

Quel sol pour l’Érable du Japon ?

L’Érable du Japon affectionne un sol frais, légèrement acide, bien drainé et humifère, riche en matières organiques pour évoluer dans des conditions optimales. Nous conseillons d’ailleurs de pailler son pied chaque automne soit avec des feuilles mortes, soit avec de l’écorce de pin très fines.

A savoir : Évitez les sols lourds et compacts, sans doute imperméables. Si vous devez planter dans un sol comportant ces caractéristiques, ouvrez un trou égal à 3 fois la largeur de la motte et la même chose en profondeur, mélangez 60% de terre de bruyère et un amendement à base de matière organique à votre terre de jardin pour terminer en surélévation de 10 cm par rapport au niveau du sol.

La plante ainsi installée se trouve dans une terre aérée, favorable à sa croissance. Couvrez l’espace de plantation avec des écorces de pin pour éviter le tassement du sol et ralentir l’installation d’adventices.

Où planter l’Érable du Japon ?

En Jardin

Les Érables du Japon poussent lentement, néanmoins certaines variétés peuvent atteindre 10m comme l’Acer palmatum ‘Senkaki’ ou Acer palmatum ‘Seiryu’ (ci-contre en automne).

Quant aux Acer palmatum dissectum : (Palmatum se traduit par feuilles palmées, en forme de main et dissectum nous indique que les feuilles sont très finement découpées)

Ils sont mieux adaptés aux petits espaces avec leur port prostré et leurs branches retombantes, étalées et souples. Ils ressemblent à de petits dômes un peu hirsutes. Les Acer palmatum dissectum sont verts ou pourpres.

Pour choisir l’implantation de votre Érable dans le jardin, il est important de tenir compte de sa croissance et de sa taille à maturité. Trouvez-lui un endroit privilégié à l’abri des vents d’Est et du Nord mais pas à l’abri des regards.

Retenez pour lui un lieu ou vous pourrez l’admirer et suivre ses métamorphoses tout au long de l’année au gré de la lumière, de la pluie, de la neige, des saisons…

Les Érables japonais sont des spectacles permanents qui s’offrent naturellement au regard. Même quand il pleut en hiver, ils sont magnifiques, leurs bourgeons naissants retiennent les petites gouttelettes de pluie qui se transforment sous nos yeux en perles de diamant.

En pot

L’Érable du Japon est un arbuste idéal pour la culture en pot où il se développe à merveille. De croissance moindre, certaines variétés comme les Acer palmatum ‘Dissectum’, sont plus adaptées pour la culture en pot.

Notre conseil : Optez pour les formes prostrées, plutôt retombantes pour les petits espaces et la culture en pot comme l’Acer ‘Shaina’, par exemple. Pour une plantation en isolé, orientez-vous vers des variétés plus « imposantes » comme l’Acer ‘Deshôjô’, l’Acer ‘Bloodgood’, l’Acer ‘Peve Deve’… Ils donnent le ton, au printemps et à l’automne, ils sont somptueux.

 La GardenLetter

Nos meilleurs conseils

tous les 15 jours, dans votre boîte mail,

garanti sans pub !

Abonnez-vous, c’est gratuit !

Quand et comment planter l’Érable du Japon ?

Quand planter l’Érable du Japon ?

L’Érable est un arbuste caduc. Après s’être donné en spectacle en se parant de couleurs flamboyantes à l’automne, il va perdre toutes ses feuilles. Sa sève va redescendre, il entre en repos végétatif. A l’abri de tout stress, la fin de l’automne est donc la meilleure période pour planter ou rempoter votre Érable et mettre ainsi toutes les chances de votre côté ! Et rappelez-vous :

« À la sainte Catherine, tout bois prend racine »

Durant son premier hiver à vos côtés, il va pouvoir s’enraciner et s’installer tranquillement et dès le printemps vous émerveiller par la tendresse de ses feuilles.

Le saviez-vous : Toute plantation ou rempotage doit se faire en dehors d’une période de gel ou de fortes chaleurs. Si vous choisissez de planter au printemps, faites-le en tout début de printemps et gardez un œil avisé sur l’arrosage pour le premier été.

Comment planter ou rempoter son Érable du Japon ?

En jardin

Commencez par creuser un trou d’environ 3 fois la motte de votre plant puis :

  1. Préparez un mélange de 1/3 de terre de jardin, 1/3 de terre de bruyère et 1/3 de feuilles en décomposition ou du compost de votre jardin.
  2. Laisser bien tremper la motte avant de la présenter dans le trou.
  3. Placez la motte à la bonne hauteur, le collet (base du tronc) doit être légèrement au-dessus du sol.
  4. Répartissez votre mélange de terreau en tassant délicatement et arrosez copieusement.
  5. Pour protéger les racines du froid, paillez avec des écorces de pin fines (5 cm d’épaisseur). Il est conseillé de répéter cette opération chaque automne.

Notre conseil : Si besoin, les premières années et selon la force de votre tronc, vous pouvez ajouter un tuteur pour guider le tronc. En général, le tuteurage est nécessaire pour les jeunes sujets.

En Pot

  1. Pour obtenir l’effet escompté, choisissez un pot d’environ 3 fois la motte, en harmonie avec le port de votre Érable. Voici les étapes à suivre : Avant toute chose, vérifiez que votre pot est suffisamment percé dans le fond pour assurer l’évacuation de l’eau.
  2. Prévoyez 5 cm de billes d’argile à placer impérativement au fond du pot pour assurer un bon drainage.
  3. Couvrez les billes d’argile avec du géotextile pour éviter que le terreau se mêle aux billes.
  4. Préparez un mélange composé de, 1/3 de terreau plantation, 1/3 de terre de bruyère et 1/3 de pouzzolane pour obtenir un mélange aéré.
  5. Placez votre motte dans le pot, le collet ne doit pas être recouvert de terreau, et répartissez votre mélange de terreau.

6. Arrosez copieusement. Pour conserver la fraîcheur au pied, ajoutez un paillage d’écorces très fines.

A savoir : La culture en pot est une très bonne solution pour les amoureux d’Érables du Japon qui n’ont pas une terre adaptée : argileuse, calcaire ou trop humide… Sur les balcons et terrasses, évitez le soleil direct et les vents froids.

Avec quels arbustes associer l’Érable du Japon ?

L’Érable du Japon aime la compagnie des plantes de terre de bruyère, comme elles, il apprécie les terrains plutôt acides.

L’Acer palmatum ‘Dissectum’ vert va donner de l’éclat aux fleurs d’Azalée au printemps. Le graphisme de ses feuilles très fines va jouer avec la rondeur et la délicatesse des pétales d’Azalée et aussi avec ses feuilles toutes petites et toutes rondes.

Les Érables japonais vont apporter une grande légèreté aux Rhododendrons et aux Camélias. Ces derniers vont se sentir animés et éclairés par l’insouciance des Érables qui bougent au gré du vent et qui se laissent traverser par la lumière.

Les Pieris japonica avec leurs feuilles rouges au printemps, les Daphnés, les Kalmias vont adorer leur présence également…

Originaire du Japon, c’est tout naturellement que l’Érable se retrouve dans les jardins d’inspiration zen, sa finesse et sa transparence lui confèrent un côté apaisant, reposant. Dans ces jardins minimalistes, l’Érable peut s’accompagner d’Azalées ou de Pittosporum taillés en rond et entouré de minéral pour révéler toute sa beauté et sa préciosité.

Les Ophiopogon de couleur noir, les Hakonechloa jaune citron, les Carex, les Fétuques sont des plantes également très graphiques qui apportent un plus aux Érables japonais. Les Hostas, les Heuchères tellement riches en couleurs donnent un charme fou aux Érables tout comme les fougères de par leur forme et leur structure.

Ne pas oublier de planter des Hellébores aux pieds des Érables prostrés. En hiver, ils se mettent en valeur naturellement.

Les Érables qui prennent de la hauteur vont apprécier la présence des Cornus de toute beauté au printemps ainsi que des Bambous très graphiques et très légers…

Ce que les Érables n’aiment pas c’est d’être oubliés dans un massif avec trop de couleurs et de fouillis. Ils aiment la sobriété et l’élégance des plantes bien structurées.

Quel entretien pour l’Érable du Japon ?

Arbuste rustique, il est néanmoins fortement conseillé de pailler cet arbuste et notamment dans les régions aux hivers rigoureux. Le paillage peut se faire soit avec de l’écorce de pin soit avec des feuilles mortes en décomposition.

Faut-il tailler l’Érable du Japon ?

Facile d’entretien si les règles de rempotage, de plantation et d’exposition sont respectées, l’Érable ne demande que peu d’attention.

Un impératif, ne jamais tailler les branches terminales, les Érables à port dressé ont une architecture naturellement harmonieuse.

La taille consiste essentiellement à conserver une belle structure à la plante, par exemple en retirant les branches mortes, ce qui va donner de la transparence et découvrir les troncs et branches enlacées sous les variétés au port retombant.

Quels sont les ennemis de l’Érable du Japon ?

Dans les jardins, sur les terrasses et les balcons, l’apparition de maladies ou de parasites est rare.

Les maladies peuvent apparaître de diverses manières et sont généralement liées aux conditions de plantations (sol et/ou exposition) qui ne sont pas satisfaisantes. La plante est affaiblie.

L’idée est donc de s’efforcer d’offrir les meilleures conditions possibles : arrosage adapté, apport d’engrais résonné et adapté, taille d’entretien si nécessaire (végétation trop dense) …

Pourquoi les feuilles de mon Érable sèchent ?

Deux raisons possibles :

1- Un manque d’eau, vérifier la régularité de l’arrosage et attention également à l’excès d’eau

2- Un temps chaud et sec a brûlé le bord des feuilles, la plante est mal placée, en hiver la replanter sous une ombre légère de feuillus. En pot, la déplacer à l’abri des rayons chauds du soleil.

Est-ce que mon Érable a des pucerons ?

Les pucerons sont de petits insectes suceurs et piqueurs de couleur noires ou vertes. Ils s’installent en colonie mais pas n’importe quand ! Uniquement lorsque votre Érable produit ses jeunes pousses de printemps. L’attaque provoque alors un enroulement des jeunes feuilles qui se tordent. Le puceron est aussi vecteur de fumagine (dépôt noir sur les feuilles).

Pour lutter contre les pucerons, 2 solutions s’offrent à vous : les coccinelles qui en sont friandes ou les décoctions de purin à vaporiser (ortie ou fougère).

Est-ce que mon Érable a des cochenilles ?

Les cochenilles « farineuses » (blanches) s’installent généralement au revers de la feuille le long de la nervure principale, à l’aisselle des nervures secondaires et sur les rameaux. Elles affaiblissent les pousses en suçant la sève. Le miellat qu’elles produisent favorise le développement de la fumagine (dépôt noir sur les feuilles).

Ces cochenilles se développent essentiellement dans les ambiances trop confinées et/ou trop sèches, ou suite à un apport d’engrais excessif. Difficile à déloger, dans de nombreux cas, il vaut mieux déplacer l’Érable vers une situation qui lui conviendra mieux, un sol et une nourriture plus naturelle et équilibrée.

Pourquoi les feuilles de mon Érable sont comme « dévorées » ?

La coupable ? Une chenille défoliatrice qui dévore les feuilles et ne laisse derrière que les nervures de la feuille. On remarque leur présence aux traces de leur repas et aux boulettes d’excréments qu’elles laissent au pied de la plante.

Pour lutter contre leur invasion, chose rare, la seule méthode est de recueillir à la main (avec des gants en cas d’allergies) les chenilles et les cocons, et de les détruire.

Pourquoi les feuilles de mon Érable ont des tâches noires ?

Phénomène souvent observé en été, il est généralement précédé d’une décoloration jaunâtre sous forme de cercles en juin/juillet. Ces tâches deviennent par la suite noires bordées de jaune. Les feuilles très touchées peuvent alors tomber. C’est souvent lié à une atmosphère trop humide.

Lorsque vous commencez à observer ce phénomène sur la plante, il faut impérativement supprimer toutes les feuilles touchées et les brûler.

Qu’est-ce que la Fusariose ? Pourquoi j’ai des branches mortes sur mon Érable ?

C’est un champignon qui attaque le système racinaire. Il se développe à cause d’un excès d’humidité. La fusariose attaque tout particulièrement les jeunes sujets où l’on observe la mort d’une ramification isolée.

Le meilleur traitement est de faire en sorte d’avoir un sol aéré, drainé sans trop d’humidité.

Qu’est-ce que la Verticilliose ?

C’est un champignon vasculaire nommé Verticillum qui pénètre dans la plante par les vaisseaux racinaires bloquant ainsi la sève. La verticilliose va provoquer le dépérissement d’un rameau voire de toute la plante.

Les solutions pour éviter le développement de ce champignon vous être similaire à celles de la fusariose : éviter la plantation en sol lourd et humide (argileux), avoir un sol drainant et/ou planter en butte pour limiter les eaux stagnantes.

La collection d’Érables du Japon In my french garden

Acer palmatum ‘Seiryu’

à partir de 39€ le pot de 4 litres

Acer palmatum ‘Deshôjô’

à partir de 39€ le pot de 4 litres

Acer palmatum ‘Butterfly’

à partir de 39€ le pot de 4 litres

Acer palmatum ‘Starfish’

à partir de 39€ le pot de 4 litres

Acer palmatum ‘Dissectum’

à partir de 39€ le pot de 4 litres

Acer dissectum ‘Garnet’

à partir de 39€ le pot de 4 litres

Acer palmatum ‘Firecracker’

à partir de 39€ le pot de 4 litres

Acer palmatum ‘Autumn Moon’

à partir de 39€ le pot de 4 litres