Tout sur la bruyère :  vous me répondez, la bruyère ! Oui je connais mais connaissez-vous vraiment tout sur la bruyère ? Le sujet est vaste ! Où on peut les planter ? Dans quel type de sol ? Quand et comment les planter ? Avec quelles plantes les associer ? Quel entretien ? Quels sont les différents types de bruyères ?…

Savez-vous qu’en associant plusieurs types bruyères, floraison d’été, floraison d’hiver, floraison printanière… vous pouvez avoir des fleurs toute l’année ! Mais aussi apporter de la lumière dans vos coins d’ombre avec des feuillages étonnants, les utiliser comme couvre-sol, fleurir votre bord de fenêtre, votre balcon ombragé…

Et comme on aime bien partager, on vous dit tout et même plus : ses origines, ses vertus, ses utilisations, nos coups de coeur, nos idées d’ambiance à recréer chez vous… Bonne lecture !

Le sommaire

Où ? Quand ? Comment planter ses bruyères ?

Quelle exposition ? Quel sol pour ses Bruyères ?

Plantes de terre de bruyère par excellence, c’est à la mi-ombre et dans un sol acide qu’elles trouvent leur bonheur même si certaines Bruyères, comme l’Erica vagans, évoluent très bien dans des sols au pH neutre. Leur situation idéale se trouve aux pieds de grands feuillus légers et caducs comme les bouleaux par exemple.

Votre terre n’est pas acide ? Il vous suffit de faire un apport de terre de bruyère à la plantation ou au rempotage. Cet apport sera de 2/3 de terre de bruyère pour 1/3 de terre de jardin ou de terreau plantation.

Les Bruyères ont aussi besoin d’un sol bien drainé car l’excès d’eau ou les eaux stagnants asphyxie leurs fines racines. Au jardin, il faut éviter de les planter dans une cuvette et en pot, 5 cm de billes d’argile feront le travail de drainage !

Où planter ses Bruyères ?

Pour une haie, un fond de massif ou en isolé, privilégiez les bruyères arbustives qui apportent une belle lumière et un effet de masse. Libres ou taillées, elles font leur effet et permettent d’avoir du vert toute l’année puisqu’elles ne perdent pas leurs feuilles l’hiver.

Les bruyères à petit développement trouveront leur place en pot sur un bord de fenêtre, un balcon ou une terrasse. Faciles à associer, elles sont idéales en association avec des Graminées, des plantes vivaces, de petits arbustes tels que l’Ophiopogon

Vous avez un petit balcon urbain, un bord de fenêtre ? Inspirez-vous et découvrez l’ambiance Paris-Brooklyn où nous avons associé de la bruyère avec du Carex et du Muelhenbeckia. Jouez avec les volumes et les couleurs pour apprécier ses tons chaleureux au chaud dans votre canapé.

En jardin, c’est au-devant de plantes plus imposantes qu’elles trouveront leur place. C’est donc en bordure de massif ombragé, en mélange avec des plantes vivaces, des Graminées, des bulbes… ou aux pieds de plus grands arbustes de terre de bruyère tels que les Camélias, les Rhododendrons, les Magnolias, les azalées japonaises… qu’on les retrouve.

Le saviez-vous ? Les bruyères peuvent être d’excellentes plantes couvre-sol qui apportent en plus de la rondeur, avec des variétés comme : L’Erica darleyensis ‘Eva Gold’, l’Erica cinerea ‘CD Eason’, l’Erica vagans ‘Maxwell’ et bien entendu la célèbre Erica darleyensis ‘Kramer’s Rote’.

Quand planter ses Bruyères ?

La période propice à la plantation des Bruyères sera l’automne ou le tout début de printemps. Cela s’explique simplement par leur système racinaire très fin, superficiel et donc plus sensible lorsque la terre se réchauffe avec les beaux jours. Après la plantation, on conseille de recouvrir la terre d’écorces fines, cela permet d’éviter le tassement du sol mais aussi garde une humidité constante à son pied.

La plantation automnale permet au système racinaire, et à la plante en général, de bien s’installer durant l’hiver et ainsi mieux affronter son premier été au jardin ou en pot. L’arrosage sera d’ailleurs à surveiller pendant cette première année. Un bon arrosage une fois par semaine est souvent plus efficace que de petits arrosages fréquents.

Comment planter ses Bruyères ?

En pleine terre, faites un trou du double de la motte de la Bruyère à planter. Pour exemple, une Bruyère en pot de 1 litre dont le pot mesure 11 cm de diamètre, aura besoin d’un trou de 20 à 25 cm de diamètre.

Préparez un mélange de 2/3 de terre de bruyère pour 1/3 de terre de jardin, comblez le trou et tassez. Attention, les Bruyères n’aiment pas être enterrées trop profondément et doivent être copieusement arrosées après la plantation.

En pot, la méthode est la même, remplacez simplement la terre de jardin par un terreau plantation ou horticole que vous trouverez dans le commerce et ajoutez 5 cm de billes d’argile dans le fond de votre pot. Tous les 2 à 3 ans, prévoyez de rempoter votre Bruyère. Son nouveau pot doit faire le double de la taille du contenant dans lequel elle se trouve.

La culture en pot demande une surveillance un peu plus accrue face aux fortes chaleurs et aux éventuels vents froids. Dans l’idéal, choisissez une situation ombragée à l’abris des vents desséchants de l’été ou froid de l’hiver.

Quel entretien pour ses Bruyères ?

Faut-il tailler ses Bruyères ?

Les bruyères arbustives peuvent être laissées libres ou taillées selon l’utilisation que l’on souhaite en faire et l’aspect qu’on veut leur donner. Par exemple, une Erica mediterranea en haie peut tout à fait être taillée pour la contenir à la même hauteur que ses voisins.

Les bruyères à petit développement, elles, doivent être taillées 1 à 2 fois par an. On distingue 2 types de tailles différentes. La première va être une taille d’entretien qui consiste à tout simplement éliminer les fleurs fanées. La deuxième, sera plus une taille de forme où l’on va épointer la plante pour lui redonner plus de rondeur et éviter qu’elle s’ouvre au milieu.

Quand tailler ses bruyères ?

Les bruyères à floraison d’hiver sont à tailler après la floraison, au printemps. Cette taille donne plus de densité au feuillage et permet de former des plantes arrondies. Les bruyères à floraison d’été sont, elles, à reformer en fin d’hiver, début de printemps.

Quel engrais pour ses Bruyères ?

En pot, pour éviter des carences à la plante, faites un apport d’engrais au printemps pour stimuler le redémarrage de la végétation et en automne, pour préparer la plante à affronter l’hiver sainement.

En jardin, l’apport d’engrais se fera comme en pot, c’est-à-dire au printemps et en automne. Sachez que pour faire des économies, le paillage de feuilles mortes est un excellent apport organique qui vient compléter un paillage d’écorces fines.

Quels sont les différents types de bruyères ?

Chez In my french garden, on distingue 2 types de développements, les bruyères à petit développement et les bruyères arbustives. Les premières, les bruyères à petit développement, regroupent 3 genres différents que sont les Ericas, les Callunas et les Daboecias. Ne soyez pas perdus, on vous explique tout !

Quelles sont les Bruyères naines à floraison d’hiver ?

C’est une question que vous nous posez souvent face au nombre de bruyères qui vous sont proposées. La réponse : Les Bruyères naines à floraison d’hiver se retrouvent sous la dénomination « ERICA ». In my french garden cultivent 2 espèces : Les Ericas darleyensis et les Ericas carnea qu’on nomme aussi bruyère des neiges ou des Alpes.

Ces dernières années, Kurt Kramer, en Allemagne, a fait d’importants travaux de recherche autour des Ericas. Nous lui devons entre autre l’Erica ‘Kramer’s Rote’ qui aujourd’hui est devenue une incontournable dans la famille des Bruyères à floraison d’hiver. Elle est belle, rustique, compacte et très florifère. Il est également obtenteur de variétés d’Erica carnea.

L’espèce ‘darleyensis’ est le résultat de l’hybridation d’une Erica carnea et d’une Erica Erigena. Cette famille de bruyère naine à floraison d’hiver se compose, aujourd’hui, d’une dizaine de variétés dont les couleurs de fleurs se déclinent en blanc, rose, rouge mais aussi des feuillages dorés à fleurs rouges comme l’Erica ‘Eva Gold’ qui est une obtention des Pépinières Roué, notre partenaire de choix !

Notre coup de coeur : L’Erica ‘Eva Gold’

En 1992, j’ai découvert cette jolie pousse dorée apparue dans un plant d’Erica ‘Kramer’s Rote. Curieux de nature, je l’ai multipliée et observée pendant plusieurs années avant de la mettre à la vente.

En 1997, nous avons décidé de la baptiser pour la commercialiser et faire découvrir cette variété remarquable tant pour ses qualités esthétiques que pour son utilisation multiple.

Pour la petite histoire, cette bruyère porte le nom de ma première petite fille, Eva, née en 1997. Un joli clin d’œil pour lui souhaiter la bienvenue !

Jean-Yves Roué, fondateur des Pépinières Roué

Thomas Roué vous explique en vidéo pourquoi cette bruyère nous séduit autant !

L’Erica ‘Eva Gold’ a la particularité d’avoir un feuillage qui évolue avec les saisons.

Vert bronze en hiver, avec l’arrivée des beaux jours, ce petit arbuste tout en rondeur prend de magnifiques teintes dorées qui illuminent les massifs d’ombre.

En fleur de novembre à la mi-avril, l’Erica ‘Eva Gold’ est appréciée pour sa longue floraison rose très soutenue.

Compacte et lumineuse, cette bruyère à floraison d’hiver est idéale en pot sur un bord de fenêtre, sur un balcon, une terrasse, en bordure d’allée ou de massifs.

Par exemple, en pot sur un balcon, elle permet d’apporter des fleurs et de la couleur à une période où les balcons sont souvent peu fleuris.

Quelles sont les bruyères à floraison d’été ?

Pourquoi succomber au charme des Callunes ?

Ces Bruyères à floraison d’été, nommées Calluna vulgaris en latin ou tout simplement Callunes en français, sont intéressantes pour leurs floraisons qui s’étalent d’Août à novembre !

Grâce aux recherches et croisements de l’Allemand Kurt Kramer à qui l’on doit la gamme « Gardensgirls® », on trouve aujourd’hui un florilège de variétés de Calluna vulgaris attractives pour leurs feuillages colorés, leurs floraisons qui ne fanent jamais, leurs couleurs vives…

Nos coups de coeur : La Calluna vulgaris ‘Dark Beauty’ pour son feuillage compact et sa floraison double rose fuchsia, la Calluna vulgaris ‘Boskoop’ pour son feuillage doré et la Calluna vulgaris ‘Anne Marie’ pour ses grosses fleurs doubles rose tendre.

 La GardenLetter

Nos meilleurs conseils

tous les 15 jours, dans votre boîte mail,

garanti sans pub !

Abonnez-vous, c’est gratuit !

L’originalité des bruyères d’Irlande

Les Daboecias aussi nommées Bruyères d’Irlande ou Bruyère de Saint-Daboec, tiennent leur originalité par leur floraison en grosses clochettes et remontantes en plus ! Cette Bruyère d’origine méditerranéenne se démarque de la famille des bruyères par son port souple, libre et son feuillage plus gros en comparaison aux fines aiguilles des Callunas et des Ericas.

En été, de nombreuses tiges fines portent fièrement des fleurs en forme de clochettes ou grelots relativement grosses, de couleur blanche, rose ou rouge.

Notre coup de coeur : La Daboecia ‘Alberta White’ pour ses grosses clochettes blanc pur et sa longue floraison.

L’intérêt des Erica cinerea et des Erica vagans

Respectivement nommées bruyères cendrées (Erica cinerea) et bruyères vagabondes (Erica vagans), elles ont toutes les deux le même avantage et pas des moindre. Elles ont une bonne résistance à la sécheresse qui s’explique par leur système racinaire plus pivotant que les autres Bruyères.

L’Erica cinerea fleurit de juin à septembre alors que l’Erica vagans, plus tardive, fleurit d’août à octobre. La première, l’Erica cinerea, se trouve à l’état sauvage dans la lande bretonne, en bord de mer, en mélange avec des ajoncs et la deuxième, l’Erica vagans, s’adapte très bien sur la façade atlantique de la France, en île de France et dans le centre.

Elles ont donc toutes les deux une très bonne adaptation en jardins de bord de mer et pour preuve, la Bruyère vagabonde pousse naturellement à Belle Isle en mer et dans le Sud-Ouest de la France.

C’est quoi une bruyère arbustive ?

En opposition aux bruyères à petit développement qui ne dépassent guère les 40 cm, les bruyères arbustives sont des arbustes qui peuvent atteindre presque 2 m pour certaines ! In my french garden vous propose 4 bruyères arbustives différentes en terme de développement, de période de floraison, de forme de fleurs…

L’Erica arborea ‘Pink Joy’

Très populaire, cette l’Erica ‘Pink Joy’ a un port évasé, un feuillage vert clair et des fleurs parfumées blanches de février à avril.

Relativement résistante au froid, il est préférable de l’installer à l’abri des vents froids et plutôt au soleil.

L’Erica mediterranea

Un nom qui fait rêver ! Cette bruyère à l’aspect sauvage se développement très bien en bord de mer et peut être utilisée comme haie sans craindre les embruns.

Elle se couvre de fleurs rose de février à fin avril, une floraison qui contraste parfaitement avec son feuillage très foncé.

L’Erica canaliculata : Bruyère de Noël

Nommée aussi Bruyère de Noël, cette espèce de bruyère arbustive est de toute beauté à l’approche de Noël. Dès le mois de novembre, l’Erica canaliculata se couvre littéralement de boutons floraux rosés qui s’ouvrent en décembre en une profusion de fleurs blanches au cœur noir.

L’Erica verticillata

Originaire d’Afrique du sud, cet arbuste de taille moyenne (environ 50 cm) apprécie le plein soleil.

Sa floraison est spectaculaire, en fin d’été et en automne, se forment de grosses grappes de longues clochettes rose vif.

Quelles sont les origines et les vertus de la bruyère ?

Depuis des temps lointains, la bruyère fait parler d’elle, c’est une plante commune connue en France et en Europe. Aujourd’hui, plus de 1 000 variétés sont cultivées et de nouveaux cultivars apparaissent sans cesse grâce au travail des hybrideurs à travers le monde.

Quelles sont les origines de la bruyère ?

Les premières traces du terme « Bruyère » datent du 1er siècle. Elles ont été retrouvées dans une encyclopédie nommée « Histoire naturelle » et écrite par un grand écrivain et naturalisme romain, Pline l’ancien. Dans cet ouvrage, il parle d’un petit arbuste et de ses vertus en utilisant le terme « Ericé ».

Quand la bruyère est-elle arrivée en Europe ?

C’est aux alentours du 18ème siècle que la Bruyère a commencé à investir les terres européennes. On recense alors près de 400 variétés pour 23 espèces différentes (source Carl Von Linné, 1753). Aujourd’hui, c’est plus de 1 000 variétés que l’on retrouve, variétés réparties à l’échelle mondiale et décrites dans la « bible » de référence, le ‘Heaths & Heathers : The Grower’s Encyclopedia’ de Terry Underhill.

Quelles sont les vertus de la bruyère ?

On entend régulièrement parler de la bruyère pour ses différentes vertus mais connaissez-vous vraiment tout ce qu’elle peut nous apporter ?

En terme de santé, et plus particulièrement, en phytothérapie, c’est le genre Calluna qui a su démontrer depuis longtemps ses vertus. Elle est reconnue pour ses propriétés antiseptiques, diurétiques, astringentes.

Quelles sont les vertus des fleurs de bruyère ?

Vous êtes gourmands ou gourmandes ? Les Bruyères sont les amies des abeilles qui, à partir de leurs fleurs en clochettes, produisent un miel d’excellente qualité gustative. Ce miel de couleur foncée est crémeux, épais, puissant en goût avec une note de caramel. On connait tous les bienfaits du miel en général. Le Mile de bruyère est très riche en vitamines et en minéraux, et à pour propriété de soulager douleurs et multiples maux : Rhumatismes, troubles urinaires, engelures, anémies…

Comment sont utilisés les bois et rameaux de la bruyère ?

La Bruyère contribue à enrichir notre environnement de façon naturelle. En effet, à l’état sauvage, lorsqu’elle se décompose, elle se mélange avec la terre et c’est ainsi que l’on obtient la fameuse « terre de bruyère ».

On la retrouve dans les jardins comme brise-vue que vous connaissez tous, la brande ou encore sur certains toits de constructions typique, telles que les chaumières.

Comment utilise-t-on les racines de bruyère ?

Tout s’utilise dans la Bruyère !

Après vous avoir parlé de l’utilisation de ses rameaux, du miel obtenu grâce à ses fleurs, il me reste à vous parler de ses racines.

Aussi surprenant que cela peut être, elles sont utilisées dans la fabrication de pipe.

Quels sont les ennemis de la bruyère ?

Comment reconnaître les pucerons ?

De couleur vert ou noir, cet insecte piqueur et suceur de sève s’installe en colonie sur les pousses du printemps. Il gêne le développement, peut déformer les tiges et provoquer l’enroulement des feuilles. Le puceron est aussi vecteur de fumagine (dépôt noir sur les feuilles). Différentes méthodes de lutte existent : Les coccinelles que l’on peut acheter en jardinerie, une décoction de purin d’orties, une décoction de purin de fougères, de la pyréthrine, des insecticides de synthèse… Notre avis, optez pour des solutions vertes !

Quels sont les dégâts du Phytophtora sur la bruyère ?

C’est un champignon qui se développe à la chaleur. Au-delà de 18°, la plante va faner subitement c’est donc quelque chose qui se constatera en été. Le traitement se fait à l’aide d’un fongicide.

C’est quoi un phénomène de faiblesse sur la bruyère ?

Le feuillage bruni, les feuilles tombent, le terrain est sans doute imperméable, trop humide. Veuillez à déplacer la plante et à la replanter en butte, en ouvrant un trou assez large (80 cm de diamètre et 50 cm de profondeur). Placez au fond du trou, sur 5 cm des billes de pouzzolane, et un substrat terre de bruyère très aéré.

La collection de bruyères In my french garden

Erica darleyensis ‘Eva Gold’

à partir de 5,90€ le pot de 1 litre

Bruyère de Noël

à partir de 25€ le pot de 3 litres

Calluna vulgaris ‘Anne-Marie’

à partir de 5,90€ le pot de 1 litre

Calluna vulgaris ‘Flamingo’

à partir de 5,90€ le pot de 1 litre

Bruyère vagabonde ‘Maxwell’

à partir de 5,90€ le pot de 1 litre

Bruyère Méditerranéenne

à partir de 19,95€ le pot de 3 litres

Erica ‘Kramer’s Rote’

à partir de 5,90€ le pot de 1 litre

Calluna vulgaris ‘Theresa’

à partir de 5,90€ le pot de 1 litre