Le saviez-vous ?

Le Théier fait partie de la grande famille des Camellias, donc des Théacées. Il est connu sous le nom de Camellia sinensis ou d’Arbre à thé.

Souvent les amoureux du Camellia le négligent un peu à cause de sa fleur trop petite, insignifiante. Et pourtant, ses pétales blancs, un peu arrondis sont d’une simplicité renversante. Son pinceau d’étamines jaune d’or semble posé en son cœur seulement pour la lumière et pour attirer notre regard. Il est très florifère et de loin, il ressemble à un ciel étoilé.

LES ORIGINES ET L’HISTOIRE DU THÉIER

Comment est cultivé le Théier dans les plantations de thé ?

Le Thé est fabriqué à partir de jeunes pousses prélevées plusieurs fois dans l’année. Dans une plantation de Théiers destinée à la production de thé, vous ne verrez donc jamais de fleurs.

Le Théier se consacre donc uniquement à faire des feuilles pour qu’il gagne en robustesse. Il est maintenu à environ 1 m du sol pour faciliter la cueillette des feuilles au moment propice à la récolte.

Dans ces grandes plantations, il est donc un arbuste contrarié empêché de fleurir, sauf sous nos latitudes où nous pouvons en profiter comme un arbuste à fleurs qui va nous combler de novembre à février. En plein hiver, il éclaire le jardin ou la terrasse.

Quelles sont les origines du Théier ?

Le Camellia sinensis, cet arbre à « thé », est cultivé comme son nom l’indique pour cette boisson subtile et raffinée qui a fini par étendre sa réputation dans le monde entier.

Le thé est consommé en Chine depuis 3000 ans. Petit à petit, il est devenu partout sur notre planète comme un art de vivre, il permet de savourer l’instant.

C’est dans cet immense pays de Chine que l’on trouve le plus de variétés de thés, du thé blanc au thé jaune, puis au vert et pour terminer les thés dans la gamme des rouges qui vont décliner vers les noirs profonds et ceci toujours en délicatesse suivant les régions.

Le Théier au nom botanique de ‘Camellia sinensis’ est originaire d’Extrême Orient, plus précisément de Chine, « sinensis » voulant dire littéralement « de Chine ». Il a été baptisé ainsi pour la première fois en 1773 par Carl Von Linné, botaniste suédois.

Il est cultivé en Chine depuis des millénaires. Dans le Yunnan, province du sud, il existe des théiers sauvages de plus de 100 ans. Ils peuvent atteindre jusqu’à 5 m de haut. Parler du Théier nous fait voyager dans le monde et dans l’histoire depuis l’antiquité

Les principaux pays producteurs sont la Chine, l’Inde, le Sri Lanka, le Viet Nam, Taîwan, le Japon, le Népal, la Turquie, le Kenya, la Tanzanie, l’Autralie, La Corée, le Brésil, l’Argentine, l’Indonésie, l’Ile Maurice … En Europe quelques plantations de théiers se développent.

Difficile de parler du théier sans parler de la cérémonie du thé au Japon. La traversée du jardin avant la cérémonie a une très grande importance, elle permet la transition entre le monde extérieur et le monde du thé où se dégagent 4 principes fondamentaux, le principe d’harmonie, le principe de respect qui est la sincérité du cœur, le principe de pureté qui permet de saisir l’essence pure et sacrée des choses, de l’homme et de la nature, le principe de sérénité…

« Avoir un Camellia sinensis dans son jardin permet de rêver et d’avoir cette reliance à l’histoire d’un arbre qui a traversé les siècles. »

OÙ, QUAND ET COMMENT PLANTER SON THÉIER ?

Le Camellia sinensis est un arbuste persistant, intéressant pour son feuillage bien vert toute l’année. Dès la fin du mois de novembre, il dévoile un délicat parfum qui se dégage de ses minuscules, mais néanmoins nombreuses, fleurs blanches.

Où planter son Théier ?

Le Camellia sinensis fait parti de la famille des plantes de terre de bruyère, c’est donc des ambiances humides et ombragées qu’il affectionne. Son lieu de prédilection se trouve en sous bois, dans des sols riches où l’humus s’accumule et protège les racines de la sécheresse. Cet humus a aussi l’avantage de libérer des nutriments en se décomposant.

Vous n’avez pas de sous bois ? Ni même de jardin ? Pas d’inquiétude. Pour réussir à faire pousser votre Théier, trouvez-lui une situation ombragée et protégée des vents froids : Le long d’un mur, sur un balcon au Nord, au pied d’une haie, sous un grand arbre…

In my french garden vous propose le Camellia sinensis en pot de 4 litres (39€ le pot). Il s’agit d’un arbuste d’environ 40 cm de haut qui est âgé de 4 ans, un Camellia déjà bien développé au niveau racinaire et foliaire. Planté ou rempoté à l’automne, cet arbuste persistant vous apportera de la lumière et du parfum dès l’hiver suivant !

Quand et comment planter son Théier ?

Pour profiter de sa floraison hivernale, la période de plantation ou de rempotage idéale est l’automne. Au printemps, il vous faudra attendre, de préférence, la fin de sa floraison pour éviter le stress et la chute de ses fleurs.

Lors de la plantation ou du rempotage, le mélange de terreau à prévoir est de 1/3 de terre de jardin (ou terreau plantation) pour 2/3 de terre de bruyère.

En jardin, arrosez bien la motte avant la plantation et n’hésitez pas à la casser avec une griffe. Le trou doit faire le double de la taille de votre motte aussi bien en largeur qu’en profondeur. Par exemple, pour un pot de 4 litres qui fait 15 cm de diamètre, faites un trou de 40 cm de largeur et de profondeur.

En pot, la méthode est la même, le pot choisi doit faire le double du volume de votre motte. Pour assurer un bon drainage, le Camellia n’apprécie pas l’eau stagnant et l’excès d’eau en général, mettez 5 cm de billes d’argile (ou petits gravillons) dans le fond de votre pot. Arrosez bien votre motte avant le rempotage et après.

QUEL ENTRETIEN ET AVEC QUELS ARBUSTES J’ASSOCIE UN THÉIER ?

Cette espèce indigène en Chine a tout pour séduire les jardiniers occidentaux par son feuillage coriace, vert foncé, comme vernissé. Le Théier peut être utilisé en haie « brise vue » par exemple ou en isolé ou en pot sur une terrasse à l’abri d’un soleil trop fort. Facile à entretenir et à associer, osez faire pousser du thé 😉 !!

Quel entretien pour un Théier ?

 

Arbuste persistant peu exigeant, le Camellia sinensis ne demande pas d’entretien particulier. La première année de sa plantation ou de son rempotage, c’est surtout une surveillance au niveau de l’arrosage qui sera importante et notamment durant le premier été. Il faut savoir que les Camellias ont un système racinaire très fin qui, de part cette spécificité, sera sensible aussi bien à la sécheresse qu’à l’excès d’eau.

En pot, évitez la soucoupe où l’eau stagne, et préférez un arrosage plus régulier basé sur l’observation. La motte va avoir besoin de sécher un peu entre 2 arrosages. Enfoncez votre doigt dans le terreau et si il ressort humide, attendez avant d’arroser. Sur un balcon, si vous êtes obligé de mettre une soucoupe pour éviter d’arroser les voisins du dessous, pensez à la vider régulièrement. Comme je vous l’ai dit précédemment, le Camellia déteste avoir les pieds dans l’eau !

En jardin, la meilleure solution pour lutter contre l’excès ou le manque d’eau, c’est de planter des plantes couvre-sol à son pied. Cela permet de conserver une fraîcheur constante, fraîcheur que vous pouvez aussi obtenir par le paillage de feuilles mortes ou d’écorces de pin très fines.

Pour ce qui concerne la taille, elle n’est en aucun cas obligatoire sur un Camellia mais permet tout simplement de lui conserver un port, une forme tout en stimulant sa ramification.

Avec quels arbustes j’associe mon Théier ?

Il aime être accompagné de plantes plus légères, qui fleurissent l’été ou le printemps, les Bruyères, les Graminées, se marient très bien avec son feuillage plutôt statique et foncé mais sa floraison lui apporte une telle tendresse qu’il est impossible de lui résister.

Plante de terre de bruyère par excellence, c’est logiquement que le Théier trouve sa place dans les massifs de terre de bruyère aux côtés des Azalées, Rhododendrons, Magnolias, Pieris, Hortensias… Des associations qui permettent d’étaler les floraisons en plus !

Camellia sinensis

39 € le pot de 4 litres

Bruyère de Noël

19,95 € le pot de 3 litres

Stipa ‘Sirocco’

19,95 € le pot de 3 litres

Magnolia soulangeana

29 € le pot de 3 litres

Leptinella ‘Platt’s Black’

19,95 € le pot de 3 litres

Escallonia ‘Golden Carpet’

19,95 € le pot de 3 litres

Azalée ‘Radja’

à partir de 16,95 € le pot de 3 litres

Pieris ‘Little Heath Green’

19,95 € le pot de 3 litres

Miscanthus ‘Strictus’

19,95 € le pot de 3 litres

Rhododendron ‘Graziella’

29 € le pot de 5 litres

Erica ‘Eva Gold’

9,95 € le pot de 2 litres

 La GardenLetter

Nos meilleurs conseils

tous les 15 jours, dans votre boîte mail, garanti sans pub !

Abonnez-vous, c’est gratuit !